lundi 22 février 2016

Le nom de l'Umberto.


Bonjour mes Ami(e)s.

Il y a pas longtemps, en discutant de la mort de David Bowie, un cher ami me demanda si j'avais l'intention de rendre hommage à l'artiste sur mon blog.
Je lui répondis que -oui- j'avais eu mon moment "musique de David Bowie" pendant ma jeunesse, une découverte foudroyante d'ailleurs, que je reconnaissais son importance, que j'avais suivi avec curiosité sa carrière d'acteur mais que -non- je ne me considérais pas son fan et donc j'aurais laisser parler et pleurer le cœur de quelqu'un d'autre, de ses vrais admirateurs.

Le jour est venu où je peux et je veux parler d'un grand homme qui nous a quitté et dont je me considère - cette fois oui- un véritable admirateur : le professeur Umberto Eco.

umberto 1



Comment devient-t-on des fans de quelqu'un ou de quelque chose ?
Tout simplement au moment où ce quelqu'un, cette quelque chose te donnent une émotion, je pense.
Je suis fan de Mr. Bean parce qu'il me fait rire de bon cœur et d'une façon très pure et légère, ce que je considère une sorte de miracle dans ce monde trop sale ;
je suis fan des aquarelles d'Hugo Pratt parce que quand je les ai vu en vrai, j'ai pleuré tant ils étaient beaux et délicats ;
je suis fan de Roman Polanski parce qu'il maîtrise les genres (notamment le grotesque, à mon avis le plus difficile à rendre digeste) et il est donc capable de te donner toute sorte d’émotions.

Je n'oublierai jamais le plaisir intellectuel que j'ai eu en lisant les romans d'Umberto Eco, vrais défis à mes connaissances et activateurs de l'envie d'en savoir plus ; les après-midis passés en famille, les larmes aux yeux tant on riait, en lisant sa rubrique "La bustina di minerva" (à laquelle mon blog doit beaucoup), notamment l'épisode "comment reconnaître un film porno" et celui qu expliquait comment éviter les gros mots en paraphrasant tout en conservant le sens profond de l'épithète (ça viens de lui, d'ailleurs, mon habitude d'utiliser de longues phrases complexes  et des mots recherchés quand j'écris avec le risque de passer pour un snob ; la motivation est une autre : il faut saisir chaque opportunité pour aller vers le haut plutôt que de se contenter de la langue que l'on écoute au quotidien) ; et comment oublier sa mobilisation lors de la grande manifestation pour demander la démission de Berlusconi, à l’époque Président du Conseil des Ministres en pleine crise politique et touché par plusieurs scandales (il dit, provoquant le fou rire de la platée : "Je croyais que Berlusconi avait juste une nièce en commun avec Moubarak mais je me trompais : il a aussi cette habitude de pas démissionner...").

Un grand homme, exemple de droiture morale et civique, maître d'humour et de littérature sans oublier ses capacités remarquables et reconnues d'essayiste et divulgateur.

Je l'ai rencontré une seule fois, dans sa ville natale, Alessandria en Italie, lors d'une leçon publique sur le thème de la lecture.
Je me suis rapproché de lui avant le début de la soirée pour lui demander de me dédicacer un de ses romans, mon préféré, et, comme à chaque fois que je rencontre mes idoles ou que je tombe sur une femme à big boobs, j'ai perdu mes moyens...

umberto 2



Et oui, j'avais l'air vraiment débile mais -qu'est-ce que vous voulez ?- être fan ça veut dire aimer et quand l'on aime, le premier contact avec l'objet de l'Amour nous transforme à chaque fois en adolescents admiratifs et tremblants...

Merci, Professeur, pour toutes ces émotions que vous m'avez offert.


Maintenant faisons ce que cet homme admirable se serait attendu de notre part : continuons à lire !

Moi, je vous propose le troisième épisode de ma BD (ça tombe bien : le professeur était un friand lecteur de BD) mais vous pouvez lire ce que vous préférez.
Bonne lecture, donc. Toujours.

"L'homme qui ne lit pas, à 70 ans il aura vécu qu'une vie ; l'homme qui lit aura vécu 5000 ans."
Umberto Eco 



Épisode 3


Relire l'histoire du début (cliquer ICI)
Relire l’épisode précédent (cliquer ICI).


chasseur 9
chasseur 10
chasseur 11
chasseur 12

à suivre...
Lire l'épisode suivant (CLIQUER ICI).

À dans deux semaines, mes chers Lecteurs,










lundi 8 février 2016

Chasseur de quoi ?


Bonjour les Ami(e)s et re-bienvenue à La BD de fede (+ de BD) !

Chasseur de quoi ?
Mais de fantômes, parbleu !
Oh, pardon : fantomes... Je viens de commencer et je suis déjà obsolète...

Dans le dernier post vous avez découvert le début de cette longue histoire qui vous tiendra compagnie pendant un petit moment (j’espère d'ailleurs que ces premières planches vous aient plu) et vous avez compris aussi que dans ce récit on va parler de fantômes !

chasseur de quoi 1



"Mais pourquoi parler de fantômes ? Il y a déjà pas mal de problèmes avec les vivants aujourd'hui ! Pourquoi s'occuper aussi des problèmes des morts ?"

C'est ça que vous êtes en train de vous demander, n'est-ce pas ?
Vos appareils sont équipés de microphone, ne l'oubliez pas : je vous entends...

C'est exactement ça, en fait, qui m’intéresse des fantômes (au delà des considérations religieuses, sociales, folkloriques...) : il s'agit, à la base, d'ex-êtres vivants qui possèdent donc tout un bagage d'histoires, d’expériences, de douleurs que l'on peut très bien comprendre en tant qu'êtres vivants.
Sans compter que les fantômes peuvent appartenir à n'importe quelle époque !
Une occasion en or pour toute sorte de narrateurs !

chasseur de quoi 2



Pas difficile de comprendre pourquoi des auteurs comme Shakespeare, Jerome, James, Baudelaire, Maupassant, Flaubert, Verga, Invernizio (juste pour faire une mini liste des premiers nom qui me viennent à l'esprit) se sont amusés avec des histoires de fantômes !

Il faut aussi remarquer que les fantômes en tant que créatures d'histoires traditionnelles appartiennes à toutes les civilisations et cultures du Monde.
Assez fascinant, n'est-ce pas ?

Et toutes ces considérations, comme vous avez certainement remarqué, vont au delà du fait d'y croire ou pas.

Ce n'est donc pas important de vous (me) demander : "est-ce que tu crois aux fantômes ?"

je suis vraiment convaincu que cette matière narrative offre des possibilités pour pouvoir raconter de belles histoires d'hommes et de femmes (la preuve, je l’espère, dans cette histoire en BD que je vous présente).

Bonne lecture.






Épisode 2


Pour lire l'épisode 1, cliquer ICI.




chasseur 5

chasseur 6

chasseur 7

chasseur 8

À suivre...
Lire l'épisode suivant (cliquez ICI).

À dans deux semaines, les Ami(e)s,