lundi 27 janvier 2014

Ma première fois...


Ah, je vois déjà vos yeux coquins dans le reflet de l’écran...

C'est vrai, je vous vois très bien...


Voici la preuve

premiere 1 ok


Et ben, non: je ne vais pas vous parler de mes premiers moments intimes, surtout pas !

Bien entendu, ce n'est pas pour méchanceté, juste il n'y a pas grand chose à dire...

premiere 2


Non !

Aujourd'hui je voudrais vous parler de la première fois où j'ai commencé à dessiner une BD !
Une vraie ! Une série avec un scénario, des cases, des planches, des personnages, des "ennemis", des situations drôles...
Bref, une BD !

je sais, je sais que ce n'est pas sympa d'obliger mes lecteurs à m'accompagner dans ce voyage dans la mémoire mais qu'est-ce que vous voulez ?
Je suis un sentimental et la saison, avec cette lumière blanche merveilleuse de plein hiver n'aide pas...

Donc vous voilà coincés ici à lire de ma première BD !

 ...

Allez, c'est quand même moins pire qu’être coincés dans une maison avec toute sa famille pendant les vacances de noël quand l'oncle un peu bourré après le repas vous propose de voir ses photos du voyage à la montagne...

premiere 3
premiere 4
premiere 5
premiere 6

N'est-ce pas, les Ami(e)s ?


Et bien, je me souviens que ça devait être le début de septembre 1993, j’étais en Italie, dans la maison de campagne, en compagnie de mon père et d'un cher ami à lui, Giovanni dit "Giovanni moschetto" (prononciation: mosketto) quand j'ai commencé ma série...
Je vois dans vos yeux la curiosité de découvrir le titre de cette œuvre majeure, je vais vous satisfaire: "Il signor Simpaticone" (quelque chose comme "Monsieur Très-drôle"...).

premiere 7

L'histoire est très profonde, elle ne manquera pas de vous marquer à jamais:

Monsieur Simpaticone - un sympathique retraité qui a quelque kilo en trop et une femme, Teresa, accro aux feuilletons télévisés - fatigué de la vie dans une grande ville, déménage dans un village de province pour profiter d'une vie plus paisible et salutaire.
Arrivé avec sa voiture dans le village, il rentre dans une vitrine en croyant qu'il s'agit de chez lui; un homme bien remonté sort à ce moment armé de couteau et le chasse.
Après avoir échappés à la brute, Simpaticone et sa femme trouvent enfin leur véritable appartement.
Avant de se coucher après cette première journée mouvementée, le petit bonhomme rond comprend finalement pourquoi l'homme enragé était si fâché: la vitrine cassé par Simpaticone n’était pas l'entré de chez lui mais celle du magasin du mec: une charcuterie !
Fin du premier épisode.

On voit déjà dans cette première planche tous les éléments de ma poétique successive:
l'elogium de la Nature et d'une vie en Arcadie, les dangers d'une conduite pas sûre et ceux liés à la charcuterie...

premiere 8

Je me suis amusé avec ce personnage pendant des années jusqu'à l'année 2000, avec des interruptions, bien sûr.

Mais le plus étonnant, c'est quand j'ai découvert Tintin: j'ai commencé à approcher ce chef d’œuvre très tardivement (un petit peu après le sexe, quoi...); je n'ai pas eu la chance de l'avoir comme lecture d'enfance, par contre ça m'a aidé à redécouvrir le plaisir de l'intrigue d'aventure, du dessin clair mais fruit d'une recherche minutieuse, des blagues pures et genialissimes !

Un beau jour je tombe sur le bloc-notes sur lequel j'avais tracé ma première BD et qu'est-ce que j'y retrouve ?
Believe it or not, voilà le yeti ! Et le professeur inventeur un peu fou ! Et une chasse au trésor ! Et dans une autre planche (la dernière) l'intrigue policier avec coup de théâtre final !

premiere 9

Loin de moi la tentation de me voir en nouvel Hergé: comme dirait le sacristain dans "Tosca"

premiere 10

Non, c'est pas ça.
J'ai juste compris à ce moment-là combien les topoi universels sont vraiment universels, pourquoi les classiques c'est des classiques et les maîtres, des maîtres.


"Littérature dessinée", disait Hugo Pratt; je ne peux que me joindre à son évaluation d'amoureux.

premiere 11




J’espère que ce récit d'une découverte (le plaisir de faire des BD) et d'une redécouverte (le plaisir enfantin de la lecture décontracté... ou pas) ne vous ait pas ennuyé et si c’était le cas, croyez-moi, je n'ai pas fait exprès.











lundi 13 janvier 2014

Le dentifrice magique


L'autre jour j’étais très occupé...

dentifricio 1


et d'un coup, j'ai réfléchi à un truc vraiment curieux (et j'en suis sûr, dès que vous saurez de quoi il s'agit, vous ne dormirez plus la nuit en cherchant une explication !)

Je parle de dentifrice.
Mais pas le dentifrice triste, tout blanc (quoi que également efficace) de la Marque Puce

dentifricio 2


non : je vous parle du dentifrice multicolor des marques pour les riches !

dentifricio 3


"et alors, qu'est-ce qu'il y a de spécial dans les dentifrices multicolor des marques pour les riches ?" vous me demanderez.

Et bien, il y a qu'ils sont multicolor !

"je ne vois rien de spécial dans cela..."

Ah non ? Et pourtant avez-vous remarqué que quand vous les utilisez, le dentifrice sort du tube tout beau et tout parfait comme dans la publicité avec les couleurs bien séparées ?

 "Ah ouais, effectivement je n'y avais jamais pensé ! Attends, je suis sûr qu'en moins de 30 secondes de recherche sur gougolle je vais découvrir pourquoi !" direz-vous, il me semble de vous voir...


...


... ...


... ... ...


C'est bon, les 30 secondes je vous les ai laissées, maintenant continuons...

Laissez tomber les explications bidon que vous trouvez sur le net à base de bouchons perforés et réservoirs différents !


Voici quelques explications que j'ai pensé et qui me semblent beaucoup plus plausibles :


-

dentifricio 4



- ou...

dentifricio 5



- ou alors...

dentifricio 6
dentifricio 7



- et pourquoi pas...

dentifricio 8



...


Maintenant vous savez ce que je fais et à ce que je pense quand je suis très occupé.

Si vous connaissez d'autres réponses possibles ou au moins l'adresse d'un bon psy, please contactez-moi ici, sur faissbouk, tuiter ou par télépathie,

merci beaucoup